Les traitements contre le reflux gastrique

Femme medecinLe reflux gastro oesophagien correspond à une remontée via le cardia d’une partie du contenu gastrique vers l’oesophage. On le considère comme pathologique lorsque les symptômes gênent le patient en fréquence et/ou en intensité. Il existe de nombreux traitements du reflux gastro oesophagien. Ils permettent de soulager les symptômes, cicatriser les lésions de la muqueuse existante, et prévenir les rechutes. Il est important d’associer ces traitements aux mesures hygiéno-diététiques afin de minimiser les risques de rechute. Voici les différentes familles qui permettent le traitement du reflux gastro oesophagien.

 

Les antiacides topiques

medicaments reflux gastriqueCes molécules utilisées dans le traitement des reflux gastro oesophagien peuvent être, et sont la plupart du temps, utilisées en automédication. Le patient n’a pas besoin d’ordonnance et peut acheter ces médicaments à la pharmacie car ils ne présentent pas d’effets secondaires graves.

Ce sont des antiacides d’action locale constitués principalement de sels de magnésium et de sels d’aluminium. (ex : hydroxyde d’aluminium et de magnésium pour le MAALOX® et carbonate de calcium et de magnésium pour le RENNIE®). Ces derniers vont neutraliser les ions H+ responsables de l’acidité dans l’estomac et ainsi faire augmenter le pH de celui-ci. Ils sont donc efficaces dans le traitement de reflux gastriques.

On retrouve dans cette classe le GELOX®, RENNIE®, MAALOX®, et le XOLAAM®. On peut les utiliser seul ou en association aux antiulcéreux.

La posologie est de 1 à 2 comprimés par prise au moment de la crise, sans dépasser 12 comprimés par jour. Il faut tout de même être prudent quant aux personnes atteintes d’insuffisance rénale à cause du magnésium qui peut s’accumuler.

Les pansements gastriques

Tout comme les antiacides topiques, ces médicaments font partie de l’automédication dans le traitement du reflux gastro-oesophagien. Elles sont composées d’alginates et de bicarbonate (GAVISCON®) ou de gels d’hydroxydes d’aluminium. On peut observer un réel soulagement des symptômes chez les patients grâce aux propriétés d’adhésivité et anti-mouillante de ces médicaments.

Un gel visqueux va se former et se placer au-dessus du bol gastrique, ce qui l’empêche de remonter dans l’oesophage. De plus, on aura une augmentation du ph gastrique. Ils sont donc très efficaces dans le traitement du reflux gastro-oesophagien. Il faut en prendre un sachet 3 fois par jour après le repas, en respectant un délai de 2h avec un autre médicament qui a besoin d’un milieu acide pour se résorber. Par exemple, les bêta-bloquants utilisés dans le traitement d’une insuffisance cardiaque seront moins bien absorbés s’ils sont administrés dans un délai de moins de 2h de la prise d’un pansement gastrique.
Ce traitement du reflux gastro oesophagien est parfaitement indiqué chez la femme enceinte. Cependant, il faut être prudent car il peut entraîner de la constipation, alors qu’une femme enceinte peut déjà l’être.

Les prokinétiques

Ces médicaments utilisés dans le traitement des reflux gastro oesophagien sont des adjuvants, car ils permettent d’accélérer la vidange gastrique en augmentant le tonus du sphincter inférieur de l’oesophage et en stimulant la motricité gastro-intestinale. Ainsi, les symptômes dus aux reflux gastro oesophagiens seront diminués et ils sont efficaces dans le traitement des reflux gastriques.

On retrouve par exemple la Dompéridone (MOTILUM®) qui est un antidopaminergique périphérique (pas d’action au niveau du cerveau).

Le Métoclopramide (PRIMPERAN®) et la Métopimazine (VOGALENE®) en revanche passe la barrière hémato-encéphalique (barrière qui protège le cerveau(, et ont par conséquent une action au niveau de ce dernier : ils peuvent entraîner des somnolences, des syndromes extra-pyramidaux ou pseudo-parkinsonnien. Ils sont donc contre-indiqués chez le nouveau-né, les enfants, ou les personnes atteintes de la maladie de Parkinson dans le traitement de leurs reflux gastro oesophagien.

Les anti-histaminiques H2

Dans le traitement des reflux gastriques, les anti-histaminiques H2 sont largement utilisés. On retrouve dans cette classe médicamenteuse la Famotidine (PEPCIDAC®), la Ranitidine (AZANTAC®), la Nizatidine (NIZAXID®) et la Cimétidine (TAGAMET® ou STOMEDINE®).

Comme leur nom l’indique, ces molécules vont bloquer les récepteurs histaminiques de type 2 présent sur la muqueuse gastrique, en partie responsable des sécrétions acides dans l’estomac. Leur durée d’action est d’environ 6h, c’est pourquoi la posologie usuelle est de 2 par jour. Cependant, demander conseil à votre pharmacien car les durées de traitement de votre reflux gastro oesophagien varient d’une molécule à l’autre.

Les principaux effets indésirables observés avec ces médicaments sont des céphalées, une bradycardie, ainsi que des troubles rénaux et hépatiques. Ils sont contre-indiqués en cas d’insuffisance rénale puisqu’ils sont éliminés par cette voie.

Seul le PEPCIDAC® et la STOMEDINE® sont disponible en libre service, sans ordonnance, dans le traitement des reflux gastriques.

En raison de leur grande tolérance sans effets indésirables graves, les anti-histaminiques H2 présentent un intérêt important dans le traitement des reflux gastro oesophagien, chez les patients ayant des symptômes peu sévère pouvant être soulagés à a demande.

Les inhibiteurs de la pompe à protons

Les inhibiteurs de la pompe à protons permettent, comme leur nom l’indique, de supprimer l’activité de la pompe à ions H+. Les cellules de la muqueuse de l’estomac présentent une sorte de pompe à leur surface, qui prend les ions H+ présent dans la cellule, et les fait ressortir dans l’estomac, entraînant ainsi l’acidité gastrique. (les ions H+ vont se coupler aux ions Cl-, afin de former des molécules d’Hcl, ou acide chlorhydrique) ces molécules sont très efficaces dans le traitement des reflux gastriques.

On retrouve dans cette classe l’Oméprazole (MOPRAL®), le Rabéprazole (PARIET®), le Lanzoprazole (OGAST® ou LANZOR®), l’Esoméprazole (INEXIUM®) et pour finir le Pantoprazole (PANTOZOL®).

Les effets de ces médicaments ne commencent qu’après 2 à 3 jours de traitement du reflux gastrique, c’est pourquoi i est important de continuer son traitement au minimum 1 semaine, même si vous le trouvez inefficace au début. La prise se fait généralement une fois par jour, 15 à 30 minutes avant le repas, le matin ou le soir.

Il existe des interactions avec les antifongiques, l’atazanavir (antiviral contre le VIH), le clopidogrel (fluidifiant sanguin) et le Tacrolimus (immunosuppresseur). En cas de prise avec un de ces médicaments, demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Les principaux effets indésirables recensés sont l’apparition de céphalées, insomnies, confusions, vertiges, diarrhées, ballonnements et atteinte rénale.
Depuis peu, il existe des formes en libre accès, ne nécessitant pas d’ordonnance de votre médecin. Ces formes sont moins dosées afin d’éviter tout risque d’accident. Je pense notamment à PANTOZOL CONTROL® ou à MOPRAL PRO®, très utiles dans le traitement du reflux gastro-oesophagien.

    • Il y a quelques mois, j’ai eu le plaisir de lire «Problèmes d’acidité gastrique ? Plus jamais !»
    • guideEn fait le contenu de cette méthode est totalement dingue. Le gars qui l’a écrite a eu tellement de problèmes de reflux gastrique dans sa vie, que maintenant il est complétement obnubilé par l’étude des REFLUX.

Il comprend exactement pourquoi certaines personnes ont des problèmes de reflux gastro-oesophagien et comment y mettre fin.

En pratique, il sait même comment en finir avec TES REFLUX GASTRIQUE.

C’est bien beau tout ça, mais est-ce que ça marche ? Evidemment !

Mais pourquoi n’en as-tu pas encore entendu parler ? C’est simple, cette méthode prête à controverse, parce qu’elle marche trop bien et que les divers fabricants de produits pour lutter contre les reflux gastriques ne veulent pas faire faillite. En même temps, je les comprends, car eux-aussi doivent gagner de l’argent pour vivre.

Je te donne le lien vers cette méthode, j’espère que lorsque tu cliqueras dessus, elle sera toujours disponible :

Problèmes d’acidité gastrique ? Plus jamais !

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

4 Responses to Les traitements contre le reflux gastrique

  1. Marie says:

    Tous ces traitements sont assez lourd et on souvent des effets néfastes pour le corps humains. Je considère qu’il ne faut les utiliser qu’en dernier recourt si tout le reste n’a pas fonctionné et que les reflux gastriques sont fort.

  2. Ginette Tapp says:

    Depuis une semaine, je prends un comprimé de Pantoprazole pour reflux gastrique que j’ai depuis un mois. Les symptômes persistent toujours. Dois-je continuer à prendre ces médiments prescrits par un médecin ou essayer autre chose?

  3. severine says:

    Bonjour et merci sincèrement pour cet article très instructif. Le reflux gastrique est un problème que bon nombre de personnes subissent au quotidien. Il est indispensable de trouver la solution au problème de reflux gastrique, en consultant un médecin si nécessaire. Les conséquences du reflux gastrique peuvent être désastreux.
    Merci encore pour cet article de qualité. Amicalement, Séverine

  4. moi atteint de reflux says:

    Tout à fait d’accord avec Marie.
    Je suis atteint de remontées gastriques depuis mon enfance (je “vomis à volonté”, le reve de tout mannequin anorexique me direz vous.) j’ai appris à faire sans tous ces médocs inutiles… la seule mesure cohérente est une adaptation du mode alimentaire et c’est tout. Les pansements gastriques tel le gaviscon ne font pas effet éternellement et ne règlent pas la racine du problème. De même qu’on ne reste pas à vie sous inhibiteurs d’acidité via blocage des pompes à ions H+(pansement sur une jambe de bois) mes conseils : manger moins d’aliments gras, couper votre nourriture en petits morceaux et bien mastiquer, fractionner les repas pour manger en 5 repas au lieu de 3 (permet de ne pas remplir l’estomac à bloc), ne pas s’allonger trop tôt après le repas (donc manger le repas du soir au moins 3h avant le coucher) . Se renseigner sur ce qui génére l’acidité et ce qui n’acidifie pas. Exemple : le citron est un aliment acide mais ne fait aucun mal, bien au contraire. De même ne vous gavez pas d’eau hépar réputée pour son ph basique, cela ne vous aidera pas.
    bien à vous.

Leave a Reply to Marie Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>